Régénération (1ère partie)

Dans cette activité, vous apprendrez à transcender le modèle industriel de l’extractivisme gaspilleur pour créer de nouveaux modèles basés sur la régénération écologique.

Cela inclut :

  • Passer de consommateurs gaspilleurs à des producteurs qui réduisent, réutilisent et recyclent.
  • Conception holistique
  • Apprendre de la nature

« Tout ce dont nous avons besoin pour vivre une bonne vie nous entoure. Soleil, vent, gens, bâtiments, pierres, mer, oiseaux, plantes. La coopération avec toutes ces choses apporte l’harmonie, l’opposition à elles apporte le désastre et le chaos » – Bill Mollison, co-fondateur de Permaculture

Depuis l’aube de l’ère industrielle, nous nous sommes concentrés sur la création de systèmes qui maximisent les profits au détriment des personnes et de la planète. De tels systèmes sont énergivores et gaspilleurs.

Nous utilisons l’énergie (sous forme de carbone) pour extraire plus d’énergie, afin de produire et consommer plus. Le résultat final est de plus en plus de déchets. Nous produisons des déchets en exploitant des terres pour des monocultures comme le maïs. Mais pourquoi utiliser le maïs comme aliment pour animaux, alors que vous pourriez utiliser la terre pour des résultats plus durables ?

On trouve également des monocultures dans l’étalement massif des banlieues. Les rangées de maisons et de pelouses consomment et gaspillent de l’énergie. Ces systèmes limitent notre potentiel à un état d’esprit consumériste sans fin. Si nous utilisions ne serait-ce que 20 % de ces pelouses, nous pourrions cultiver suffisamment de nourriture pour tout le monde.

Passer des consommateurs qui gaspillent aux producteurs qui recyclent, réutilisent, régénèrent

En constatant les limites du consumérisme, nous avons l’occasion de sortir du système et de créer quelque chose de mieux. Nous pouvons passer d’une culture de consommateurs qui gaspillent à une culture de producteurs qui conçoivent des systèmes de régénération.

Quand on pense à la façon dont les systèmes se régénèrent, on peut apprendre de la nature. Prenons l’exemple d’une toile d’araignée. L’araignée conçoit sa toile des motifs aux détails en utilisant une forme hautement intégrée pour la conception fonctionnelle afin d’atteindre ses objectifs.

Une toile d’araignée offre un abri à l’araignée tout en capturant sa proie en plein vol. Il s’agit d’un principe dynamique de permaculture : utiliser quelque chose qui remplit plus d’une fonction.

Les herbicides, les pesticides et les fongicides ont tous une fonction. Dans une monoculture, il faut utiliser plus d’énergie pour obtenir de meilleurs rendements. J’aurai besoin d’une certaine quantité d’engrais chimique pour atteindre un rendement cible cette année. L’année prochaine, j’aurai besoin du double pour obtenir des rendements similaires.

Les toxines chimiques endommagent notre environnement. Ils appauvrissent la fertilité des sols. Nous perdons 2 mm de terre végétale par acre et par an à cause des effets de l’agriculture industrielle.

Conception holistique

Si nous changeons notre perception et concevons nos systèmes de manière holistique en ayant à l’esprit la régénération, nous pouvons créer des systèmes autosuffisants. Les systèmes qui n’ont pas d’intrants carbone, mais des extrants multiples, peuvent être conçus en recherchant des modèles dans la nature. C’est du biomimétisme : utiliser le design pour imiter la nature.

Régénérez la forme et la fonction d’un écosystème et vous pouvez rapidement établir des systèmes qui, au lieu d’épuiser les ressources, les reconstituent.

Il y a aussi un aspect spirituel à la régénération. Alors que la durabilité vise à faire moins de mal, la régénération améliore les choses. C’est là que réside le potentiel créatif de la régénération.

Apprendre des modèles de la nature

La nature fonctionne sans fongicides, pesticides ou herbicides; avec l’énergie renouvelable du soleil. La nature, en tant que système, est entrelacée. Chaque partie dépend du bon fonctionnement des autres parties de l’ensemble.

La conception régénérative englobe des relations bénéfiques, assurant que le système évolue de force en force. Grâce à la biodiversité, nous intégrons des alliés bénéfiques pour créer des systèmes qui régénèrent l’abondance à de multiples niveaux.

L’idée de centralisation, de production de masse et de transport longue distance va à l’encontre de la nature. Au lieu de cela, nous devons observer et interagir avec des modèles et des écosystèmes locaux comme la forêt.

Si nous alignons notre économie sur la nature en retournant à un rythme de vie plus lent et plus stable, nous pouvons guérir les systèmes toxiques et brisés. Reproduire un système axé sur la régénération est notre plus grand espoir contre l’instabilité environnementale, sociale et économique.

La régénération est motivée par la façon dont nous nous rassemblons et utilisons nos talents créatifs pour rendre les systèmes durables. Quelque chose d’aussi simple que de rencontrer votre communauté locale pour cultiver un jardin potager pourrait changer la donne !